Driving research of Myalgic Encephalomyelitis / Chronic Fatigue Syndrome (ME / CFS),
Post Treatment Lyme Disease Syndrome (PTLDS), Fibromyalgia and Long Covid

Olav Mella parle d’auto-immunité et du métabolisme dans l’EM/SFC

Voici #OMFScienceWednesday ! Aujourd’hui, nous partageons une vidéo conférence donnée par le Dr Olav Mella, membre du Conseil consultatif scientifique de l’OMF, de l’université de Bergen, en Norvège. Dans cette conférence, le Dr. Mella parle des preuves concernant les déséquilibres auto-immuns et métaboliques dans l’EM/SFC, et ce que de telles découvertes peuvent signifier en terme de traitement. La conférence est en norvégien mais les sous-titres anglais sont disponibles depuis le menu des sous-titres.

Le Dr. Mella souligne les points suivants :

  • Auto immunité : il est clair que le système immunitaire est impliqué dans la pathologie de l’EM/SFC, et il note que bien qu’il existe des preuves concernant cette auto-immunité, l’EM/SFC ne se comporte pas comme une maladie auto-immune « classique » ;
  • Génétique :  De nombreuses études ont présenté des preuves d’une prédisposition génétique dans l’EM/SFC et son équipe étudie actuellement des familles pour mieux les comprendre ;
  • Cytokines : il pense que les nombreuses aberrations observées au niveau des cytokines – des molécules de signalisation qui peuvent indiquer une inflammation – pourraient correspondre à un processus sous-jacent impliqué dans l’EM/SFC, mais il est peu probable qu’elles en représentent la cause ou nous apportent des réponses ;
  • Rituximab : L’équipe du Dr. Mella à étudié le Rituximab comme un possible traitement, parce que nous disposons de preuves que les lymphocytes B sont hyperactifs dans l’EM/SFC –  leur diminution avec le Rituximab peut avoir des effets bénéfiques pour les patients.  L’ étude clinique la plus récente concernant le Rituximab n’indique pas d’amélioration significative au niveau du groupe de patients étudié. Il pense que les médecins doivent être prudents avant de recommander un traitement par Rituximab, mais croit également qu’il existe un sous-groupe de patients chez qui le Rituximab pourrait être efficace. Le défi est que nous n’avons pas de marqueur pour identifier ces patients ;
  • Cyclophosphamide : la plus récente étude clinique du Dr. Mella concernant la cyclophosphamide, qui entraîne une immunosuppression plus générale, affiche des résultats préliminaires plus prometteurs qu’avec le Rituximab. Cependant, les patients le tolèrent moins bien – cette molécule provoque des nausées.

Pour plus de détails, visionnez la vidéo / lisez le transcript sur YouTube.

OMF thanks Veronique for the translation